L'éthique de l'association

Au sein de l'association les animateurs, accompagnateurs et membres du bureau demeurent dans un accompagnement durable et individualisé, même en groupe.

« Une pratique intègre qui tient compte de tout l’Être »

Les animateurs, encadrants au coeur des ateliers, ils préviennent de la nécessité d’un engagement, d’un enthousiasme et d’une positivité essentielle. Même si aucun champ d’expérience n’est obligatoire, chacun y est invité dans une dynamique évolutive. Il n’y a pas « tu dois », « il faut que… » de façons répétées.

 

A chacun son possible et de se « laisser Être »

 

Chaque champ d’expérience est accessible à chacun et ne demande pas de performance ou « de se faire violence ». Il s'agit d'un processus naturel, en douceur où la bienveillance est le maître mot.

 

"Un processus progressif d’intégration"

 

Chacun est libre dans sa pratique et peut vérifier l’éthique de l’accompagnateur animateur et lui rappeler si nécessaire. S’il arrive un découragement, l’envie d’arrêter, il est essentiel de lui en parler. Des obstacles intérieurs se présentent parfois, on ne peut les contourner. Les ateliers amènent vers une détente profonde, un lâcher-prise, une ouverture du cœur qui peuvent s’exprimer de façons inattendues dans des réactions d’intensité variable, que ce soit dans l’agréable ou le désagréable. Ces difficultés viennent avant tout du « mental », « des affects » et « des mémoires ». Il y a donc des paliers à franchir peu à peu comme en plongée. C’est d’ailleurs une plongée en soi. Le soutient de l’animateur est essentiel et il rappelle au courage (dans le sens vrai du mot «  d’énergie qui vient du cœur »).

 

 

Dans tous les cas, toute pratique est rappelée à se vivre en douceur et non à aller jusqu’à la douleur physique/psychique, « à se faire mal ». Aucun « forcing » n’est demandé !

 

La demande est une présence attentive bienveillante dans chacun des états, mouvements de la pratique. Un total respect sans auto-jugement ou négation bloquante. Il n’y a besoin d’aucun comparatif entre les participants, chacun vit sa propre expérience que personne d’autre ne peut vivre à sa place.

 

"C'est à partir de sa différence

que l'on trouve sa place"

 

Pas d’obligation de résultats, de « bien faire », simplement vivre « l’Être » le plus complètement possible dans son champ d’expérience de l’instant.

 

 

« Laisser venir, laisser partir »

 

« Le libre progrès » l’est pour chacun. Vous retiendrez de vous-même, de votre « aime », tout naturellement ce dont vous avez besoin.

 

"Tous les arts et l’harmonie au service de l’Être"

 

Tous les champs d’expériences proposés sont basés sur « la conscience corporelle et énergétique »

et « les qualités d’être » vécues dans l’instant présent, dans une attention présente bienveillante.

 

Une présence consciente qui se développera dans les différentes pratiques et jusqu’au quotidien. Des pratiques qui apporteront une connaissance de soi, un vécu de la joie et un vécu d’unité consciente.

 

Les champs d’expériences sont liés à tous les arts qui permettent une harmonisation, une pacification, une régénération, un développement de la connaissance de soi vers une pleine conscience claire et unificatrice. C'est le jeu de mots du nom de l'association "Souffle d'Artmonie".

 

Quels que soient les ateliers, animations et rencontres, des temps de verbalisation partagée sont laissés à chacun, de son vécu, ressenti, qui permettent une solidarité positive enrichissante humainement.

 

Il est rappeler de prendre le temps d’installer un confort de base essentiel à la pratique et d’harmoniser « l’intérieur ».

 

Arriver calmement un peu avant l’heure. Apporter une couverture ou équivalent, un coussin type « zafu », une bouteille d’eau, de quoi écrire sur un carnet d’accompagnement de soi réservé à sa progression. Enlever ses chaussures, prévoir chaussettes ou chaussons, une tenue souple, naturelle si possible, éteindre son téléphone et le laisser avec ses affaires au vestiaire et avec elles ses affairements de la journée.

 

A l'heure du commencement de l’atelier, trouver son silence, le respect et une intention bienveillante. A la fin de l'heure, rendre le lieu rangé, nettoyé si besoin et repartir sans accélération brutale (prévoir un temps de retour en douceur).

 

S’engager avec cœur

 

 

Les essentiels pour une juste et une bonne pratique.

Prévenir l’animateur de ses handicaps, douleurs et difficultés corporelles pour une adaptation. Pas d’obligation de « faire comme tout le monde », chacun à sa mesure du possible. A chacun son rythme propre. Aucune performance demandée, le progrès est individualisé, chacun s’exprime en son ressenti et en son nom.

 

Laisser libre le vécu du corps, lui permettre de s’exprimer, de s’éveiller dans ses sensations, découvrir et accueillir le langage du corps.

 

Respecter ses « manques », sa fatigue, se permettre au sein même de l’atelier de s’arrêter un moment, de faire une pause, de se reposer, s’assoir, s’allonger si besoin.

Se respecter dans la douceur, inutile « de se faire mal ».

Garder une présence attentive et bienveillante dans la pratique de tout son Être.

 

« En tête, en cœur et en corps »

 

Soit, relier son geste, sa position, sa posture, sa respiration, son ressenti, son énergie et sa pensée. Se rappeler que le souffle, l'énergie suivent la pensée, que notre réalité reflète nos pensées / croyances. Il ne s’agit pas de « posséder », de s’approprier, de prendre.

 

« Laisser venir, laisser partir »

 

Il s'agit plutôt un processus naturel de « lâcher-prise » et d’intégration, dans le sens de se vivre « intègre » dans son unité heureuse et en vérité de soi. La pratique se vit dans une vision à long terme et non « tout, tout de suite », elle demande

patience, persévérance. Il peut y avoir des « impressions » parfois de régresser, de ne plus avancer, ou au contraire, que « c’est tout bon »… en fait, il s’agit de passages. Il n’y a pas d’état de perfection à obtenir, de

résultat « copié collé ».

 

La pratique se vit dans un processus d’évolution individuelle et chacun apporte dans cette mesure à l’évolution du groupe.

 

Pas d’obligation « à retenir » des techniques, des méthodes, des "formes", l'essentiel étant de retrouver le fil de soi, une liberté intérieure.

Chacun retiendra ce dont il a besoin pour être au mieux lui-même, se laisser trouver par ce qui résonne vrai en lui, après vérification de sa propre expérience et discernement.